{Chronique} La Confrérie de la Dague Noire – J.R. Ward {Série : T1 à 13}

15 novembre 2016

Salutation à toi, lecteur !

La Confrérie de la Dague Noire fait partie des séries phares du mouvement Bit-Lit. Bien qu'essentiellement connue pour l'étalage de testostérone dont elle fait preuve, elle sait également convaincre par son univers recherché et ses personnages hauts en couleur. Laisse-toi emporter par l'univers darkissime de la confrérie, parfois cliché, souvent passionnant, toujours intéressant, tu n'en ressortiras pas indemne !

Description de la série

La Confrérie de la Dague Noire – J.R. Ward
Titre de la série : La Confrérie de la Dague Noire
Auteur : J.R. Ward
Editeur : Milady
Résumé : Une guerre fait rage à l'insue des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable... L'un de ses plus fidèles geurriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mélé qui ignore tout de son destin. Et c'est à Kolher qu'il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien...
+ d'infos & achat :
Plus d'infos sur Booknode Plus d'infos & d'autres chroniques sur Livraddict Plus d'infos & acheter sur Amazon Plus d'infos & acheter sur la Fnac

Disponible au format papier & ebook

Cette série a un spin-off :
L'Héritage de la Dague Noire, (je posterai une chronique dédiée dans les jours à venir)
le tome 1 est à lire APRES le tome 12 de la Confrérie 🙂

Ce que Loupiote en pense

La Confrérie de la Dague Noire est une des séries les plus connues et appréciées du mouvement Bit-Lit... à raison ! Malgré un premier opus qui peut être perçu comme (trop) cliché, les histoires s'enchainent au fil des livres tous plus bourrés de rebondissements les uns que les autres ! Bien que chaque tome tourne autour d'un couple phare – stratagème courant lorsqu'il est question de romance –, la trame générale de l'histoire reste prioritaire (c.a.d la guerre anti-éradiqueurs, traitée avec beaucoup d’attention par l’auteur) et les incursions dans la vie d'autres personnages ne manquent pas. J'apprécie particulièrement cet aspect, cela casse un peu le côté forcé du un-tome-par-couple-et-adios-la-logique – no offense, on kiffe l'illogisme, ça fait du bien à notre côté fleur bleue.

Ce qui fait, à mon sens, la célébrité de cette série, c'est l'ambiance bourrée de testostérone. J.R. Ward a un talent exceptionnel pour plonger ses lecteurs dans une atmosphère (des plus dark), et ce, totalement à leur insu ! Pour notre plus grand bonheur, nous sommes happés dans les péripéties des personnages, qu'elles soient sanglantes, romantiques, violentes ou pleines d'empathie. Je dois vous avouer que les passages où il y a profusion de sang et tranchage de veines ont bien failli me faire tourner de l’œil… Le revers de la médaille ! XD

L'autre élément qui doit être mis en valeur concernant cette série est la profusion de personnages et le traitement qui leur est accordé. Nous découvrons avec plaisir de plus en plus de personnalités, qui gagnent en profondeur au fil des tomes. Nous apprenons à les apprécier ou à les détester, puis nous changeons d'avis, car ils s'avèrent plus complexes que nous l'imaginions… C'est pour moi un gage de qualité important : il n'est pas donné à tout le monde de faire changer d'avis le lecteur, tout en restant cohérent par rapport au reste de l’œuvre !

Mais cette profusion de personnage apporte également son lot d'inconvénients : plus on avance, plus les tomes sont longs, et plus l'auteur s'éparpille ! Les changements de points de vue deviennent si fréquents, que le lecteur n'a plus le temps de s'impliquer corps et âme dans une intrigue avant que le contexte change… Un point négatif qui prend de l’ampleur au fil de la série, espérons que la tendance s’inverse à l’avenir.

En définitive, cette série fait tout de même partie de mes chouchous, et je ne manque pas de la relire régulièrement ! Bien sûr, elle a ses défauts, ses instants clichés (carrément clichés, il faut l’admettre, c’est important), ses illogismes… Mais qu’est-ce qu’on kiffe ça bord*l ! Un peu de Bad-boy-pas-si-bad, eh bien ça apporte un peu de bonheur et de rêverie dans ce monde de brutes, et ça, ça ne peut pas faire de mal !

Ma note

4/5

- Voir plus de précisions sur la notation -

Partager :
4/5, Chroniques, Série

Un commentaire

  • Manon 18 novembre 2016 à 20 h 04 min

    Totalement d’accord avec toi, je suis entrain de les lires et mon dieu, je les DEVORE!!!!!! Cette série a de très grandes chances de rentrer dans mon top 3 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *